marcarine: gps moto tourisme
  Accueil  »  Turquie: Side 2007 » Là haut sur la montagne  (88 Diapositives)     [Page 1 sur 1] :: Atteindre  
 
 
                   
 
 

L'itinéraire du jour, logiquement il aurait du retourner à Side, c'est ce que nous avons fait, mais sans la moto. Malgré les conséquences assez dramatiques de cette journée, ce fut une balade magnifique jusqu'à quelques kilomètres d'Ibradi ou la pluie, puis la neige sont entrées dans la partie.

Ce matin, le temps, sans être exceptionnel, est nettement plus clément. nous nous sommes donc décidés á enfourcher la bécane en direction des chutes de Manavgat, à une quinzaine de kilomètres de l´hôtel. Je suis toujours à la recherche d´une carte routière valable de la région.

Bienvenue chers touristes

Aux chutes comme dans tous les lieux un peu touristiques, des fringues à gogo, de toutes les grandes marques, à des prix défiant toute concurrence. Pour certaines, il faut être un spécialiste (ou un douanier ?) pour voir la différence. Pour d´autres, c´est simplement de la pâle imitation. Bien sûr les prix sont en conséquence ...

Les voilà donc, les fameuses chutes de Manavgat. Pas de comparaison avec celles de Niagara, à peine trois mètres de haut, Mais les Turcs en sont très fiers.

Tout a été aménagé pour recevoir les touristes dans un cadre bucolique, (rien à voir donc avec Niagara), échopes, cafés et rstaurants, auquels on accède par de petits ponts de bois

Ca y est, j´ai enfin trouvé une carte routière digne de ce nom

Les chutes de Manavgat n'ont que trois mètres de haut, mais s'étendent sur 50m en largeur.

Elles sont alimentées par la rivière Manavgat (l'antique rivière Melas) provenant des monts Taurus et sur laquelle sont construits deux barrages. L'été, il est possible de faire une promenade en bateau sur la rivière en aval des chutes

Sur les côtés, d'autres petites chutes

Madame la photographe attitrée de Marcarine.be

Juré, c'est ma caméra, pas un paquet de clopes ...

Terrasse ou rivière ... tout dépend de la saison et du niveau des eaux

Lahmacun : Incontournable « pizza turque » que vous trouverez partout, presque aussi fine qu?une crêpe. Elle est recouverte de tomates, oignons, persil hachés et piments rouge doux ou forts comme vous le désirez. Nous vous recommandons de mettre du sumac, quelques gouttes de citron, de rouler la crêpe afin de pouvoir la manger plus facilement avec les doigts. Les restaurants de viandes servent en hors-d??uvre de minuscules lahmacun dites f?nd?k (noisette).

Animation pour les touristes de passage, Préparation des Lahmacun

Pide Turc La base de la cuisine turque est la pâte à la farine de blé. Les Turcs l'utilisent pour fabriquer les pains dont ils sont de grands consommateurs: ekmek (pain blanc ordinaire), pide (pain plat) et simit (anneau au sésame) sont les 3 sortes de pains fabriqués quotidiennement par les boulangers, sans lesquels les repas ne seraient pas complets. Les Pides rondes ou ovales sont traditionnellement consommées après le coucher du soleil pendant le ramadan, au cours du repas marquant la fin du jeûne. Les Pides servent également de base à la "pizza" turque. Une fois les boules de pâte aplaties, il suffit de les étirer pour leur donner une forme ovale ou mieux de pirogue et de les garnir de fromage, oeuf, tomates et viande hâchée, etc.. Source: Le pétrin : Pide Turc

OK, on se rhabille et on y va. La journée va être longue.

on repart, sur des routes nettement moins bien entretenues que ce que l'on avait pu voir les jours précédents. Il faut être très attentifs aux animaux en liberté qui ont parfois des réactions incontrôlées.

Un panneau brun, c'est une attraction touristique, allez, on suit.

Si j'avais su j'aurais pas venu, ici on ne parle plus de route mais bien de chemin, et il y en a pour 8 kilomètres.

En montant vers Seleukeia, on voit apparaître certains nuages au loin, mais, pas encore d'inquiétude à avoir.

Pour le dernier kilomètre, Carine est verte, et décide de le parcourir à pieds. La route n'est plus qu'une suite de trous plus ou moins longs

En toute honnêteté, je ne serait jamais monté avec ma RT, mais la Yamaha XT 600, que nous avons louée,semble la machine idéale pour ce genre de terrain.

Les jonquilles ne sont pas en fleur.

late-forme naturelle pour observation du gouffre, pas loin de 500 mètres d'à pic, ni Carine, ni moi n'avons vraiment envie de nous approcher du bord.

Pourtant la photo aurait été plus jolie.

Passons quelques vagues ruines ... ressemblant vaguement à une entrée ...

et au bout du chemin, une ville antique apparaît.

Entourée de forêts,

Voilà donc enfin l'objet de notre curiosité.

Et l'effort de la montée en valait la chandelle. Nous découvrons les vestiges d'une ville antique dont certaines parties sont encore très bien conservées.

Selon les sources et les cartes vous trouverez plusieurs noms pour cet endroit

  • Bucaksihlar
  • Pamphylien Séleucie
  • Séleucie(F), Seleucia(GB), Seleukia(D)
  • Seleukeia
  • Lyrbe

Séleucie est le nom de nombreuses villes qui ont été fondées à l'époque hellénistique par les souverains de la dynastie des Séleucides, notamment en Syrie, Mésopotamie et Anatolie.

Et voilà vos webmaster ensemble : pas toujours facile de trouver une pierre plate pour poser l'appareil, car de touristes dans cet endroit à 11h30, il n'y en a pas.

Les ruines de cette cité sont encore en très bon état. Parmi celles-ci, vous visiterez une agora, un bain, un mausolée, un théâtre et une église.

Le ville est incluse dans un carré d'a peu près 500 mètres de côté.

Le premier nom de la vill était Lyrbe. Si l'on se réfère à une inscription trouvée dans la ville écrite dans la langue de Side, on apprend que Lybre a une longue histoire et que sa fondation remonte avant la période hellenistique (+- 330 avant J-C)

Certaines parties de la cité sont moins bien conservées, mais laissent néanmoins très bien deviner la configuration générale de la ville.

Retournons vers la moto, en prenant une photo de ces espèces de nids, omniprésents, et dont nous ne savons toujours rien, si ce n'est que ce sont des nids.

Carine avait laissé ses effets à l'entrée de la ville sur une pierre.

Oops, le moral descend, il va falloir refaire les 8 kilomètres, mais en descente cette fois.

pour retrouver enfin des voies qui méritent vaguement le nom de route.

Que dis-je, une autoroute avec ses aires de repos, et la possibilité des désaltérer... en voyant les panneaux on s'y croirait.

Durant la traversée des villages les routes ne sont toujours pas plus fiables.

Et le danger peut survenir de partout

On dit que les Turcs roulent mal, mais en toute honnêteté, vous rouleriez à droite vous ?

Passage sur une route digne de ce nom, avec de très beaux appartements, presqu'un air européen (puisque là, nous sommes en Asie)

Au loin, un ancienaqueduc romain, encore très bien conservé, mais qui n'est indiqué sur aucune carte

Le vaches sont dans les prés en toute liberté, gardons les à l'oeil, on ne connait pas leur réaction (généralement elles reculent en entendant le bruit de la moto)

Non, on ne sait pas ce que c'est en passant devant cette montagne nous avons remarqué ces trous, très réguliers resemblant à l'entrée de quelque chose. En tant normal, je montre ces photos aux gens du coin pour savoir ce que c'est mais là ... ce ne fut pas possible.

Revoilà la XT, qui fut vraiment la moto idéale pour ce genre de balade. Légère et très maniable, elle offrait quand même le minimum de puissance nécessaire pour pouvoir accélerer sur les routes nationales.

Et voilà la passagère, il y a un an on faisait des poses clopes, aujourd'hui ce sont des poses "repos du cul"

Un cours de géologie sorti du sol.

Et toujours ces routes très piégeuses. trous, gravier, terre, animaux. Il faut faire attention à tout.

à 1000 mètres, la végétation est luxuriante et les paysages souvent très jolis.

Depuis pas mal de kilomètres plus une âme qui vive, et parfois, une serre

ou une bergerie

Le moindre petit village a sa mosquée, souvent démesurée. Ici à Ubuntu (30 maisons au maximum), on dirait que la mosquée peut contenir 500 personnes.

Joli le jardin de la mosquée.

Jusque là, tout va bien, Carine a toujours le sourire.

J'ai gardé cette photo justa parceque j'en aimais le ciel.

Un moment plus sombre, la pluie menace.

Il pleut un peu puis cela se calme, les routes n'en sont que plus dangereuses.

Heureusement les animaux s'écartent généralement assez tôt en entandant arriver la moto.

Un petit pont, alors que le soleil essaie à nouveau de percer.

Chutes d'eau dans la montagne

Nouvelle pose en montant vers Ibradi

Qui ose pencher et mettre le genou à terre dans ce virage, hein, qui ?

Un point d'eau, une fontaine avec un gobelet de métal accroché au bout d'une chaine.

Quand même une petite photo en roulant

C'est quoi cette tache noire sur le bord de la route.

Juste une vache au milieu de nulle part.

Les paysage sont envoutants.

Les routes nettement moins.

Et au milieu coule une rivière : la Managvat.

Une bergerie à des kilomètres de tout lieu habité.

et quelques centaines de mètres plus loin, le berger et ses chèvres.

Et ca monte vers Ibradi, ca monte même très fort. La température commence à descendre.

Plus on monte, plus on est lent, et cela n'a rien à voir avec le froid.

Un arc-en-ciel dans les montagne. Difficile de bien rendre l'effet magique de la réalité sur une photo.

Surtout que, vu la température ambiante, qui est cette fois vraiment froide, on hésite à s'arrêter, pour modifier les réglages des appareils photos.

C'est haut

Oops ne pas louper le panneau Urun (un bled juste avant la 'ville' d'Ibradi qui elle n'est pas indiquée.

Juste avant d'arriver à Ibradi, on y a droit, une drache pire que nos draches nationales, avec des température pas loin du zéro. Carine arrête de sourire, et je commence à regretter d'avoir un intercom.

Arrivés à Ibradi, la pluie cesse un petit peu, mais il continue à faire gris et très froid. La route est si mal indiquée que l'on va réussir à se gourrer.

Résultat, 5 kilomètres plus loin, on se retouve là. La boussole nous indique que nous filons vers le nord alors que nous devrions filer plein est. Demi tour.

La décence m'interdit d'énumérer ici les jurons et autres joyeusetés que j'entend via l'intercom.

Retour à Ibradi, nous retrouvons la route qui descend vers Akseki, la pluie cessera après quelques kilomètres, et on entonnera les plus belles chansons francaises ayant un rapport avec la météo, de 'tombe la neige' à Senior météo. Plus on descend, moins il fait froid, plus il fait sec, et plus les routes sont bonnes.

Malheureusement, la balade allait se terminer de manière totalement imprévue quelques kilomètres plus loin


Les derniers Commentaires
Aucun commentaire pour l'instant.

Ajoutez un commentaire
 
 
                   
 
 
Album mis à jour le 03/09/08 00:17




Creative Commons License       Creative Commons License
Vous pouvez donc sous certaines conditions réutiliser le contenu de cet article.
Si vous le faites et même si ce n'est pas obligatoire, un petit mail nous ferait plaisir.


Tourisme à moto - GPS moto - Les Roadbooks moto







Toplist French Business