marcarine: gps moto tourisme
  Accueil  »  Cuba Grande 2008 » Un jour perdu pour cause de ...  (33 Diapositives)     [Page 1 sur 1] :: Atteindre  
 
 
                   
 
 

Un jour perdu pour cause de ...

Mercredi, petit déjeuner. Sylvia doit venir nous chercher à 9 heures. Je ný crois pas plus que ca. Nous avons plié bagage, mais on laisse les valises dans la chambre ... Pas envie de faire l´aller retour

La salle est nettement moins remplie que la veille. Beaucoup ont déjà quitté l'hôtel, ou sont encore dans leur chambre.

Des branches jonchent les trottoirs. Les employés de l'état dégagent les rues. Les bus reprennent du service..

Plus aucun feu ne fonctionne, et on ne peut pas dire que cela incite les cubains à la prudence.

Attention, le vent à fait tourner les panneaux de signalisation ... surprise à l'arrivée

Le hall du Habana Libre, nettement moins encombré que la veille



Incroyable, on se fout de nous:
Les profesionnels de la profession

8h55. Nous descendons dans le hall, sans nos valises. Pressentiment ? je ne crois pas à notre départ. J´ái vraiment límpression que Cédric ´nous a dit ca pour être débarassé de nous. Néanmoins, Carine et moi sommes les seuls à ne pas avoir pris les valises. Bon, OK, puisque vous êtes tous convaincus, on remonte chercher nos bagages ...

9h00, on rentre dans la chambre, on prend nos valises on vérifie que l'on n'a rien oublié, et ... le téléphone sonne.

Marc : "Allo"

Sylvia : "Monsieur Marc? C'est Sylvia, votre guide. J'ai essayé d'appeler les autres et je n'ai aucune réponse ?"

Marc : "Et pour cause, ils sont tous dans le Hall avec les bagages ... Cédric de Neckerman nous a dit que vous seriez là à 9 heures. "

Sylvia : "C'est qui ce Cédric, je ne le connais pas et je ne suis au courant de rien. Quoi qu'íl en soit, il faut attendre on ne peut pas quitter la Havane. Il y a une réunion du ministère du tourisme et on attend une décision. Je vous rappelle dès que je sais quelque chose. "

Marc : "Et moi je suis consigné dans ma chambre ? Pas question. Vous me rappelez à 11 heures, infos ou pas. Nous sommes unanimes. On ne veut plus rester ici"

Sylvia : "Dáccord, on fait comme cela ... Vous informez les autres? "

Marc : "OK, à tout à l'heure"

Voilà le genre de mission que je náime pas trop. apporter de mauvaises nouvelles ... Mais il faut ce qu'il faut. Les réactions vont dans tous les sens, certains sont désabusés, d'autres révoltés. On discute le coup dans le Hall, et on voit les groupes partir pour Varadero. 9 groupes quittent l´hôtel. Quant à Cédric, qui n'ignore rien de notre situation, il a fait lui aussi, comme je le pressentais, preuve de professionalisme en brillant pas son absence. Est-ce un effet pervers de la gueguerre entre Neckerman et Cubatour ?

11h05, Sylvia nous rappelle, pour nous dire que nous allons rester une nuit de plus à La Havane, parcequ'ìl est impossible de quitter la ville, je lui explique alors que plusieurs groupes ont quitté l'hôtel pour aller à Varadero. Elle n'est au courant de rien. Je lui passe Emile, qui bout à côté de moi. (Dédé est tellement énervé qu´il n'est pas monté) Et nous jouons un peu le rôle du gentil et du méchant flic. (C´était moi le gentil, si si) La décence m'ínterdit de relater ici les propos tenus ensuite ... non j'éxagère, mais le ton est ferme. Il est hors de question de rester une nuit de plus dans cet hôtel. Sylvia se vexe et dit "Si cést comme cela, je ne vous parle plus!". (Vachement professionnel comme réaction) Emile le prend mal et lui répond "alors moi non plus je ne vous parle plus." Je reprends le cornet. Je joue les gentils ... "il faut trouver une solution, nous emmener ailleurs. La situation est bonne, les autres sont partis. On veut partir aussi. Arrange le coup pour que l'on puisse manger, et, si il n'y a pas d'autre solution, arrange le coup pour les chambres. etc etc."



Dédé "garde la porte", cést sûr, il

11:25. On attend des nouvelles, on bloque les portes des chambres avec les valises. Et on se prend l´apéro dans le couloir. Vers midi trente, nouveau coup de fil. Sylvia nous annonce que tout est arrangé avec l´hôtel, nous sommes attendu au restaurant-buffet. prochain rendez-vous télephonique 13:30 ....

Pas de bol le resto n´ouvre qu'à 13heures, on doit attendre. Ca me laisse royalement une demie heure pour manger ...

13 heures, cést ouvert, on se rue sur le repas
13 H 30, je suis dans la chambre et j'attend le coup de fil



Enfin un peu de positif...
quoique, pas longtemps

13H32. Le télephone sonne. La proposition est la suivante. On passe 4 nuits à Varadero, puis on reprend un circuit légèrement modifié, puisque certaines choses que l´on aurait du voir ont été définiivement rayé de la carte. Je redescend au resto pour annoncer la nouvelle. A part Dédé, tout le monde a l'air d'apprécier la solution proposée. Personellement cette solution m'arrange, à condition de recevoir un programme, et de le respecter. Je ne veux pas revivre l'expérience de lundi et faire 1000 km en car pour ne rien voir, si ce n'est la désolation et les inondations.

Sans garantie d´horaire, on nous demande d'être prêts à 14h15. Le bus arrivera en fait vers 14h45. Tout de suite, l´ambiance est assez glaciale ... On a droit à un florilège

"je ne comprends pas pourquoi vous voulez aller à Varadero, vous espérez quoi ?"

"Ce Cédric, il doit être nouveau et il n'a rien compris au système"

"Je ne peux pas être mise en cause, cela fait 16 ans que je fais ce métier"

"Vous avez eu trois jours d'excursion, et lundi je vous ai amené aux endroits prévus, même si je savais que ce serait fermé, pour que vous ne puissiez pas dire que la guide ne voulait pas y aller"

Là le bus a fait un soubressaut, tant nous avons tous éte estomaqués par ses propos.Le peu de confiance qui nous restait a disparu. Continuer le voyage avec elle va être, pour le moins délicat. Je crains le pire.



Alors que ce matin, le temps était simplement mauvais, le vent a maintenant redoublé et la pluie est torrentielle

Nous passons 20 minutes devant un autre hôtel, à attendre que le temps s'améliore quelque peu, pour embarquer huit personnes supplémentaires. La tempête fait rage... et croyez-moi, cela n'a strictement rien à voir avec ce que l'on peut connaître dans nos contrées.

Voilà ce que l´on peut voir par la vitre avant du car ... très heureux de ne pas être le chauffeur

Un peu après 15 heures, on finit par partir réellement en direction de Varadero. Sur le Malecon, nous sommes obligés de rouler sur la bande réservée à l'autre sens de circulation. La moitié de la route est totalement sous eau.

Un stade: Tous les spots ont été retirés la vaille

Chacun s'active à déblayer les routes

Une grosse heure plus tard, un petit break dans une cafeteria, une vitrine avec quelques livres, et bien sûr, le Che.

Chouette endroit ... sauf qu'ils n'ont plus d'électricité depuis la veille, et que la température ambiante est de 32° . Les rafraichissement chauds, très peu pour nous

L'attraction du moment, un chaton qui adore les caresses, et qui trouve refuge sur les genoux d'Irène

Plus on avance, plus le temps est beau, de moins en moins de pluie, et parfois un joli rayon de soleil "je ne comprends pas pourquoi vous voulez aller à Varadero, vous espérez quoi ?" Ben un temps plus clément par exemple.

17h57, on ariive à Varadero, Ike a laissé des traces, mais rien de vraiment grave

18h38. Nous sommes à l'hôtel. On nous a donné une chambre pour handicapé. Il faut dire quón ne nous attendais que dimanche prochain. Et puis c'est sympa une douche assis.

On part à la découverte de notre hôtel

près de la piscine, des verres trainent encore deci delà. En effet, la piscine était encore occupée il y a une heure.

L´Iberostar Vardero était proposé dans la gamme "PRESTIGE", et on comprend pourquoi

Une vue sur la piscine ...il est hélas trop tard, ce sera pour demain

"je ne comprends pas pourquoi vous voulez aller à Varadero, vous espérez quoi ?"
Ben le all-in par exemple, quand le temps est mauvais, un cocktail "gratuit", ca remonte le moral

Un magicien vient nous faire une série de tours, pendant l´apéro ... Très fort, il est à 50 centimètres de nous, et on ne voit rien de ses tours de passe passe.

"je ne comprends pas pourquoi vous voulez aller à Varadero, vous espérez quoi ?" Ben un buffet un peu plus riche et plus varié qu'à la Havane, par exemple

"je ne comprends pas pourquoi vous voulez aller à Varadero, vous espérez quoi ?"
Des scampis par exemple.

le programme des animations en soirée

le programme des activités pour chaque jour, pas de quoi s'ennuyer



Une journée foutue pour cause
d'incompétence et de tergiversations

Nous sommes arrivés à l'Iberostar Varadero vers 18h30. en quittant La Havane vers 15 heures. Si, comme la majorité des groupes nous avions quitté la Havane vers 10 heures du matin, nous serions arrivé en début d'après-midi, et nous aurions pu profiter de la piscine, voire de la plage. Au lieu de cela, nous avons été "assignés à résidence" toute la matinée, on s'est tous beaucoup énervés. on n'a plus aucune confiance ni en Sylvia, ni en Cédric, et la journée a été gâchée. Si le circuit reprend dimanche, l'ambiance risque d'être glaciale. Wait and see, demain matin on voit la représentante de Neckerman, et on verra




Les derniers Commentaires
Aucun commentaire pour l'instant.

Ajoutez un commentaire
 
 
                   
 
 
Album mis à jour le 16-04-2009 22:36:59





Tourisme à moto - GPS moto - Les Roadbooks moto







Toplist French Business